Reconstruire le nez d’une patiente avec du cartilage et la peau de son oreille

Nous tenions à vous partager cette prouesse médicale de l’hôpital universitaire de La Ribera à Valence qui a reconstruit le nez d’une fillette de sept ans au moyen d’une technique de microchirurgie spécialisée dans laquelle le cartilage et la peau de l’oreille ainsi que les vaisseaux veineux et artériels de cette jeune patiente ont été utilisés.

La fille, qui a été opérée il y a quelques années et dont l’évolution a été un succès, a subi une déformation sévère suite à une infection causée un streptocoque. Cette infection avait attaqué la columelle, soit la partie allant de la pointe du nez à la lèvre et qui sépare les deux narines, produisant des déformations importantes et des altérations dans le fonctionnement correct de son nez.

À cet égard, le chef de la chirurgie plastique et reconstructrice à l’hôpital universitaire de La Ribera, a expliqué que la structure du nez a dû être reconstruite. La columelle se caractérise par la peau et le cartilage, il était donc nécessaire de trouver dans le corps de la patiente une structure similaire qui permettrait de reconstruire son nez, « produisant aussi peu de dégâts que possible ». « Et nous l’avons trouvé dans le pli qui entoure le bord de l’oreille, qui est celui que nous avons extrait et implanté dans le nez de la fille », a-t-il dit.

Parallèlement à cela, il a souligné que cet implant devait être muni d’un flux sanguin pour garantir sa survie, ce qui a été fait en utilisant une branche de l’artère fémorale du patient (l’artère qui traverse la partie supérieure de la cuisse). Ainsi un circuit sanguin a été créée de l’angle de la mâchoire jusqu’au sommet du nez à travers l’une des rainures nasolabiales (les rainures qui apparaissent sur les deux côtés du nez et de la bouche) de la jeune fille.

7 heures d’intervention

Pour ce faire, il est nécessaire de réaliser une intervention chirurgicale de sept heures, à laquelle ont participé toute l’équipe de chirurgie plastique et reconstructrice à l’hôpital universitaire de La Ribera, avec les membres de Service d’anesthésie et deux équipes de soins infirmiers. Notons qu’il s’agissait d’une intervention avec une difficulté technique élevée, dans laquelle les chirurgiens étaient limités par l’âge du patient qui, étant une fille, a des structures plus petites et des veines et des artères plus petites que celles d’un adulte.

Seule une équipe de chirurgie plastique avec un haut niveau de formation en techniques microchirurgicales pouvait réaliser une intervention avec ces caractéristiques. La reconstruction chez une si petite fille a ouvert les portes pour réaliser ce type de chirurgies très sophistiquées chez des patients de tout âge. Après quatre jours d’admission à l’hôpital, et après une autre intervention chirurgicale de révision, le lambeau effectué sur la jeune fille a parfaitement évolué, générant son propre réseau de vaisseaux et d’artères.

« Nous avons obtenu un résultat aussi naturel que possible, avec une columelle de la même couleur que le reste du nez. Ce dernier va croître harmonieusement et a permis à la structure nasale de retrouver toute sa fonctionnalité, puisque la patiente peut mieux respirer », a noté le chirurgien en charge de l’intervention. Il a également souligné l’impact psychologique que l’intervention a eu sur la petite fille. Il s’agit du même impact psychologique que ressent une patiente qui retrouve un nez esthétiquement amélioré après une chirurgie esthetique nez.

En ce sens, le chef du service de chirurgie plastique et reconstructive de l’hôpital de La Ribera a déclaré que, en raison de sa difformité, «la jeune fille avait été peu à peu exclue par ses camarades de jeux, ce qui a entraîné de mauvais résultats scolaires et un isolement. Cependant, depuis l’intervention, elle est joyeuse, plus sociable et mieux acceptée par ses camarades de classe pour le plus grand bonheur de ses parents. «