Anesthésie locale et générale en chirurgie

Une intervention chirurgicale ne dispense pas d’un contrôle adéquat de la douleur et des paramètres vitaux afin qu’elle puisse se produire de manière sûre et confortable pour le patient.
Dans ce contexte, on peut parler de trois types d’anesthésie quand on pense à une intervention chirurgicale dans le domaine de la chirurgie plastique, qu’elle soit reconstructive ou esthétique.
L’anesthésie locale est indiquée pour les interventions mineures : l’anesthésie est littéralement appliquée (injectée dans la majorité des cas) à proximité de l’endroit ou sur le site à opérer.
L’anesthésie locale est une forme plus complète d’anesthésie qui s’étend sur un segment : un bras, par exemple. Elle permet à une seule partie du corps d’être anesthésiée.

Quand l’anesthésie générale est-elle utilisée ?

Enfin, l’anesthésie générale, avec l’utilisation d’un ensemble de médicaments complémentaires, permet au patient de surmonter la procédure inconsciente, sans aucun souvenir d’un processus douloureux.
C’est une forme d’anesthésie parfaitement sûre, qui nécessite une surveillance constante des paramètres vitaux et assure la stabilité du patient tout au long de la procédure.
Il est nécessaire d’adapter le type d’intervention anesthésique au patient, ainsi que le type d’intervention qui sera réalisée.
Il n’est pas logique d’effectuer une intervention majeure comme une plastie abdominale Tunisie ou une reconstruction mammaire sous anesthésie locale et vice versa. Il n’est ainsi pas concevable de traiter l’excision d’un kyste sébacé du visage sous anesthésie générale.