Sleeve gastrique : psychologie et états d’âmes

Qu’on soit bien dans sa peau, pour prendre soin de sa santé ou sur les conseils de sa famille et de ses amis, de plus en plus de personnes se soucient de leur surcharge pondérale ou de leur obésité.

Si certains ont toujours eu quelques kilos en trop, d’autres les ont gagnés au fur et à mesure pour diverses raisons. Emus et fiers de leur progrès, certains ont partagé leur nouvelle image à travers les réseaux sociaux et ont raconté leur expérience à travers des montages photos de leur évolution.

Raphael est l’un de ceux qui a reçu des félicitations et des messages de soutien sur son compte Instagram . Ce jeune vétérinaire a souffert de plusieurs complications dues à son poids et a décidé de prévenir d’éventuels problèmes majeurs en optant pour une sleeve gastrique en Tunisie.

Raphael, qui pesait environ 148 kilos, a indiqué qu’il avait été motivé après avoir vu un reportage sur l’obésité morbide. Commençant à éprouver quelques difficultés à exercer correctement sa profession de vétérinaire, passionné par son métier et se sentant proche des animaux, il se décida à réagir rapidement. Bien que certains membres de sa famille pensent qu’il aurait dû opter pour une activité physique, le jeune homme est aujourd’hui extrêmement satisfait du résultat de sa sleeve gastrique car il s’agit d’un changement de vie. « J’ai décidé de changer mon style de vie, d’être la personne que j’étais à l’époque où j’aimais mon corps. »

Impact des réseaux sociaux sur les patients opérés

En « paix ». C’est ainsi que se sent la jeune Marie après avoir pris la décision d’effectuer une chirurgie gastrique pour raisons de santé. Marie s’était laissée aller après quelques ruptures amoureuses difficiles et avait pris beaucoup de poids. Motivée par ses followers, qui n’ont pas cessé de la motiver tout au long de sa récupération post-opératoire, Marie a su puiser au fond d’elle-même pour s’accrocher à son nouveau régime alimentaire et suivre les prescriptions de son chirurgien.

Elle avoue que les réseaux sociaux l’ont beaucoup aidé mais lui ont également mis la pression. Elle ne voulait pas décevoir les nombreuses personnes qui la suivaient et qui l’ont énormément encouragée à poursuivre ses efforts. Si elle avait repris du poids ou si sa chirurgie bariatrique aurait échouée, Marie pense qu’elle aurait perdu de nombreux followers. A une époque ou Instagram et Twitter compte énormément, il est inconcevable, aujourd’hui, de perde des followers. Marie aurait pu le vivre comme une perte d’amitié ou comme un désaveu face à sa chirurgie de perte de poids.

Récemment, Muriel, qui a perdu 40 Kg grâce à une operation sleeve en tunisie, a écrit un « post » où elle parle de son mal-être. Murielle regrette en effet sa sleeve gastrique car elle a l’impression d’avoir perdu sa « personnalité de grosse »

« Non, je ne m’aime plus. Je suis maigre. Je n’apprécie plus le poids que j’ai maintenant. J’ai la même taille et le même poids que lorsque j’étais adolescente. J’ai le même corps, mais pas le même esprit et la même maturité. J’ai un nouveau système digestif, pas un « nouveau corps ». Maintenant je serais surement en meilleure santé mais je ne suis plus la même. »

Ces différents états d’âme montrent que la chirurgie bariatrique est une décision importante à prendre et qu’elle doit être mûrement réfléchie et étudiée avec soin. Si le patient doit être convaincu, le chirurgien doit aussi déceler tous les éléments psychologiques du sujet et diagnostiquer d’éventuels troubles chez le patient avant de prescrire sleeve, bypass et autres interventions de chirurgie bariatrique.