À quoi ressemblera la chirurgie plastique et reconstructive dans 30 ans ?

Aura-t-elle un rapport avec la chirurgie effectuée aujourd’hui ? Y aura-t-il de nouvelles technologies dans trois décennies ? Quels nouveaux besoins les gens auront-ils ?

Le terme “chirurgie plastique” dérive du terme grec “plastikos”, qui signifie mouler. Tout au long de son histoire, la chirurgie plastique a été façonnée par les priorités et les pressions culturelles de différentes civilisations. Les Egyptiens ont utilisé les principes de la chirurgie plastique afin de préparer leurs morts pour l’enterrement. Les hindous ont été les premiers à utiliser la chirurgie reconstructive pour réparer le nez et les oreilles des combattants ou des criminels qui avaient été coupés pour punir des activités criminelles, généralement pour adultère. Les Romains utilisaient la chirurgie à des fins esthétiques, ou pour enlever les cicatrices, particulièrement celles du dos, considérées comme des marques de honte, car elles signifiaient qu’un homme avait tourné le dos à la bataille ou, pire, qu’il avait été un esclave. La Première et la Seconde Guerre mondiale ont représenté un tournant pour la chirurgie plastique. Les techniques chirurgicales de reconstruction des membres, greffes de peau … ont été normalisées, provoquant un changement d’attitude et une rupture avec la réticence traditionnelle à se soumettre à des interventions de chirurgie plastique dans l’après-guerre.

La chirurgie plastique d’aujourd’hui est le résultat de toutes les époques passées. Les chirurgiens offrent aujourd’hui une gamme d’options qui aurait été inimaginable dans les générations précédentes. L’innovation s’est accélérée en raison de l’augmentation constante de la demande. Les progrès dans l’ingénierie tissulaire, les greffes faciales et des membres à l’image du lifting des membres supérieurs et une incroyable variété de produits biologiques (matériaux de reconstruction dérivés d’organismes vivants) sont entrés dans le domaine de la chirurgie plastique avec force. La chirurgie régénérative et la médecine régénérative sont en pleine évolution.

Dans un avenir pas trop éloigné, il est prévu que l’ingénierie des tissus personnalisés continuera de progresser. C’est apprendre à maîtriser la plasticité des tissus et leurs caractéristiques pour pouvoir réparer n’importe quelle partie du corps. Les structures physiques (oreille, trachée, peau …) peuvent être « cultivées » en laboratoire, et elles seront implantées avec succès en rétablissant la forme et la fonction, et progresseront également dans le contrôle du système immunitaire, ce qui permettra la transplantation de structures complexes (extrémités, visage, etc.) à un éventail beaucoup plus large de patients, même chez ceux qui ont perdu des parties du corps en raison du cancer. La médecine régénératrice avec des cellules souches a également progressé de manière significative au cours de la dernière décennie. Le travail se poursuit sur les applications thérapeutiques des cellules souches dérivées du tissu adipeux. En général, les progrès cliniques utilisant des cellules souches suggèrent un avenir prometteur pour l’ouverture d’une nouvelle stratégie thérapeutique dans le domaine de la chirurgie plastique.

 

 

Rating: 4.0. From 1 vote.
Please wait...