fbpx

le bhut Jolokia, l’un des piments les plus forts du monde

C’est une histoire peu banale relatée par des médecins californiens et qui s’apparente à un cas clinique assez rare dans les annales de la stupidité humaine mais aussi de la médecine en général. Dans le cadre d’un concours de « bouffe » à l’américaine où les participants sont invités à ingurgiter des quantités astronomiques de nourriture, un quarantenaire californien s’est fixé comme objectif d’avaler une quantité folle du Bhut Jolokia (ghost pepper). Ce piment, originaire de l’Assam au nord-est de l’Inde, est considéré comme l’un des piments le plus fort du monde. Selon l’échelle de Scoville, qui attribue une évaluation de chaleur permettant de classifier les piments selon leurs forces, le Bhut Jolokia a été évalué à plus d’un million d’unités Scoville (1 001 304). A titre de comparaison, le piment de Cayenne ne compte que 40 000 unités Scoville.

Revenons donc à ce cher californien et à sa mésaventure culinaire. Ayant avalé trois hamburgers lourdement arrosés de Bhut Jolokia, l’homme n’a pas tardé à ressentir de terribles brulures au niveau de la bouche et de la gorge. N’ayant pu calmer ses douleurs à coups de grands verres d’eau et ébranlé par des régurgitations et de violents vomissements, il se décide à appeler les secours. Aux urgences, il se voit administrer une série de produits et autres traitements censés stopper la douleur et la sécrétion d’acide de l’estomac. Cependant, la situation ne cesse de s’aggraver avec une dégradation de son état respiratoire. Intrigués les médecins procèdent à un scanner thoraco-abdominal pour découvrir, avec effroi, la présence d’air dans son œsophage ce qui indique sans le moindre doute une perforation du conduit digestif. Le Bhut Jolokia a percé son estomac!

La présence d’air dans son œsophage va avoir de fâcheuses conséquences puisque l’air va provoquer un pneumothorax empêchant le poumon de fonctionner correctement et provoquant une diminution critique du taux d’oxygène dans le sang. Opéré en urgence pour réparation chirurgicale de la perforation œsophagienne, cet individu, champion toutes catégories de la bêtise humaine, aurait mérité une gastrectomie en manchon pour lui apprendre à ingurgiter ce type d’aliments avec autant de légèreté. Cependant, il y a fort à parier que ses deux semaines de réanimation et sa sonde gastrique à vie ont dû être une bonne leçon pour lui.

Enregistrer

DMCA.com Protection Status